Menu


De la musique, des mots et du style

La Brasserie Barbès lance le Prix de la Brasserie Barbès, son tout premier prix littéraire. Décerné par un jury présidé par Antoine de Caunes, il récompensera le 5 juin 2018 le meilleur ouvrage littéraire mettant la musique à l’honneur.

Composition du jury

De Caunes

Antoine de Caunes
(président du jury)

//animateur et producteur

LCHALUMEAU

Laurent Chalumeau

//auteur

FFINKELSTEIN

Frederika Amalia Finkelstein

//écrivaine

YHAENEL

Yannick Haenel

//écrivain

LMELLIERE2

Laurianne Melierre

//journaliste

T.MLADENOVITCH

Tatiana Mladenovitch

//musicienne

APFEIFFER2

Alice Pfeiffer

//journaliste

DPONCET

Damien Poncet

//programmation culturelle à la Médiathèque musicale de Paris

JJSELVE3

John Jefferson Selve

//éditeur

B.SYLLA

Binetou Sylla

//productrice

JZARCA2

Johann Zarca

//écrivain

Sélection littéraire

7 livres en compétition

Choisis pour leur thème (en lien avec la musique), leur audace et leur style, découvrez les sept ouvrages qui passeront entre les mains du jury du Prix de la Brasserie Barbès d’ici le 5 juin.


• La Disparition de Karen Carpenter, de Clovis Goux
• Jewish Gangsta : aux origines du mouvement goon, de Karim Madani
• New Moon : café de nuit joyeux, de David Dufresne
• La Rumeur : il y a toujours un lendemain, de Mohamed Bouroka et Ekoué Labitey
• Fantômes de la renommée (Ghosts of Fame), d’Antoine Couder
• La ballade silencieuse de Jackson C. Frank, de Thomas Giraud
• La B. O. de ma jeunesse, d’Alexis Ferro

Éditions Actes-Sud, 2017
Préface de Simon Liberati
Genre : récit, documentaire

« En regardant les photos d’elle prises lors d’un concert à Lake Tahoe en août 1973, elle ne voit que ça : des kilos en trop révélés par une robe mal ajustée. Tout doit disparaître. Elle engage un prof de gym mais patine dans le vide pendant plusieurs semaines : les kilos superflus se sont changés en muscles, constate-t-elle, horrifiée. Ce n’est pas la bonne méthode. Il faut être plus radicale pour être parfaite. »

Éditions Marchialy, 2017
Genre : nouveau journalisme

« Le gang est sur le point d’imploser. Dix meufs avec des crises identitaires, des poussées d’Ego et des règles douloureuses, c’est difficile à gérer… La question que se posaient ces salopes de Latin Kings et de Netas était alors la suivante : est-ce-que ces youpines de Junction Boulevard sont toutes des gouinasses sans couilles ou sont-elles une menace pour l’équilibre des forces à Corona ? »

Éditions du Seuil, 2017
Genre : récit, enquête

« Les strip-teaseuses étaient italiennes, ou bretonnes ; elles avaient des accents inconnus, et des pas de danse inédits ; elles étaient belles, parfois non, mais ce qui comptait, c’était qu’on y croyait tous, elles et nous. »

Éditions de l’Observatoire, 2017
Genre : autobiographie

« Je me cherche, je feuillette Challenges, le magazine. Qui sont les premières fortunes de France ? Qui est Bettencourt ?… Quand je prends le train avec mes potes pour aller à Paris, ça coûte trente francs, aller et retour. Trente balles ! Pas rien. Chez moi, les parents causent en Balzac. Le Togo c’est loin. La distance est un facteur d’intégration. La langue des ancêtres ? Elle s’efface. »

Éditions Mediapop, 2017
Préface de Rodolphe Burger
Genre : récit

« C‘est bien Gaïa, la terre mère qui punit Pan d’avoir tué Écho et décide de se venger en répercutant à l’infini le chant de la déesse victime… Plus tard l’overdub, le multipiste… L’idée de réunir durablement ce qui avait été défait, le chant et la parole, le chant de la parole, cette façon qu’avaient les Grecs anciens de s’exprimer quasiment en chantant, dans ce pouvoir de gorge qui fait pénétrer l’émotion dans le logos ; ici pour accompagner le susurrement des publicités commerciales jouées à la radio. »

Éditions La Contre-allée, 2018
Genre : biographie subjective

« Il cherche sur quoi chanter. Dire des peines profondes, sourdes, effroyables parfois, parler du feu dont je sens les braises froides, de la peau déplacée. Il voudrait raconter même si ce n’est pas bien clair dans son esprit cette noirceur, la mienne, si particulière, de la suie, celle qui me recouvre entier comme un mouchoir mouillé, qui pénètre et transit toute la peau, juste ce qu’il faut pour rendre les os presque coupants, prêts à être transpercés. »

Éditions Anne Carrière, 2018
Genre : récit d’apprentissage des années 1990

« Je me demandais comment je pouvais changer cette tronche de cake et ce que je pouvais me dégoter comme fringues moins craignos, en allant vers Camden, quand j’ai repéré une vitrine Doc. C’était une toute petite échoppe au début d’une galerie marchande. Bien décorée avec des chaînes de gros durs, et des bracelets à clous. Ils vendaient des jeans aussi. Pas du tout impressionnante comme certains magasins ; ça m’a donné envie d’entrer. »

En quelques mots ?

  • Mettre en lumière ces livres dont on ne parle jamais et que l’on ne voit qu’à Noël. Cet événement ne s’est pas conçu comme un énième prix littéraire mais comme le fer de lance d’un phénomène plus niche.

    Jean Vedreine restaurateur, passionné de musique et collectionneur
  • Nous avons constitué un jury qui reflète toute la diversité du paysage culturel actuel. L’idée était de mixer les générations, les expériences et les genres, pour confronter les idées et se défaire d’un certain ‘entre-soi’.

    Jean Vedreine restaurateur, passionné de musique et collectionneur

BRASSERIE BARBÈS • 2, BOULEVARD BARBÈS, 75018 PARIS

Your message was sent, thank you!